Skip to main content
Soudage oxyacétylénique autogène au chalumeau

Soudage oxyacétylénique autogène
au chalumeau

Souder des pièces en cuivre ou en laiton avec la soudure autogène

Dans le soudage autogène au chalumeau, la fusion localisée des métaux à assembler provient de la chaleur issue de la combustion d’un mélange d’acétylène (C2H2) et d’oxygène (O2) réalisé par le chalumeau.

Cette opération se réalise avec ou sans métal d’apport.

Catalogue des Gaz

Commandez votre gaz

Commandez votre gaz pour la mise en oeuvre du procédé de soudage autogène au chalumeau sur le catalogue en ligne dans l’espace client myGAS.

 

en Belgique :

Acétylène

Hydrogène

Oxygène

Autres gaz

 

au Luxembourg :

Acétylène

Hydrogène

Oxygène

Autres gaz

 


 

Commandez votre matériel

Détendeurs, centrales, vannes, fins de lignes, équipements de mesure, équipements de sécurité, etc.

 

en Belgique :

Catalogue des Équipements

 

au Luxembourg :

Catalogue des Équipements

Comprendre le soudage autogène au chalumeau

Le principe du soudage autogène est de réunir par fusion les pièces à souder à l'aide de la flamme oxyacétylénique, avec ou sans métal d'apport.

Eléments de mise en œuvre du soudage autogène au chalumeau

Ce procédé est principalement mis en œuvre en raison de ses champs d'application universels et de sa bonne aptitude à combler les fentes dans le secteur de la tuyauterie.

Que ce soit dans les garages, les entreprises de chauffage, l'agriculture, la chaudronnerie ou les petites entreprises de serrurerie et menuiserie métallique, le poste de soudure autogène se révèle être un dispositif quasi indispensable.

Caractéristiques techniques du soudage autogène au chalumeau

Les gaz industriels utilisés pour le soudage autogène sont l’oxygène comme comburant, et l’acétylène comme combustible. L’oxygène aspire l’acétylène dans le chalumeau. Pour obtenir une flamme de bonne qualité, la pression de l’oxygène doit être supérieure à celle de l’acétylène dans le chalumeau.

La bouteille de gaz ALTOP intègre un détendeur et un robinet dans le chapeau pour une protection intégrale.

En savoir plus sur le soudage autogène oxyacétylénique

Flamme oxyacétylénique

Deux gaz, l'acétylène (C2H2) et l'oxygène (O2) sont mélangés dans un chalumeau. Ils créent une flamme qui permet la fusion de l'acier et le soudage. La flamme est composée de 3 zones : le dard, la zone réductrice et le panache. La température de la flamme n'est pas identique dans ces 3 zones.

Métal d'apport

Ces métaux sont utilisés pour les opérations d'assemblage dans lesquelles le métal des pièces à utiliser, dit métal de base, participe par fusion à la constitution du joint appelé soudure. Suivant les épaisseurs en jeu, le soudage s'effectue avec ou sans métal d'apport, généralement identique au métal de base. Dans le soudage autogène, le métal de base et d'apport sont de même nature et entrent en fusion. Utiliser un métal d'apport permet de renforcer le point de jonction.
Brochure ALTOP

Brochure ALTOP™

PDF - 1.69 MB